AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Miss Annicelli - Un tuffo nei papaveri

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
if you like it then
you should put a ring on it

posts : 40 arrivée : 29/04/2018

métier : Artiste - Peindre
statut et orientation : Hétéro & celibataire

Citation : L'amour est un charbon qu'il faut éteindre, sinon il met tout le cœur en feu - William Shakespear

MessageSujet: Miss Annicelli - Un tuffo nei papaveri   Sam 9 Juin - 18:53


   Livia Annicelli
feat. Sofia Pernas
Bonjour, je m'appelle Livia Anna Annicelli. Je suis né(e) le 17.02 à Syracuse, en Sicile et j'ai donc 28. Je suis arrivé à Budapest il y a deux mois et j'y suis artiste/peindre. Dans la population de la ville je suis plutôt une artiste naissante. Mes revenus sont plutôt médiocre mais en plein augementation, je suis célibataire à vie et plutôt attiré par les hommes et les femmes.
   
Ah l'amour ...
   Mmm l’amour…ah cela fait déjà bien longtemps que Livia a abandonné l’idée d’un amour parfait. Vivre avec quelqu’un c’est demander des ennuis. L’être humain n’est pas fait pour vivre en couple, alors non merci elle passe son chemin dès qu’Aphrodite décide de pointer un homme sur sa route. C’est une question de survie pour elle. Vivre seule cela signifie ne pas souffrir, ne pas se retrouver plus bas que la terre. Livia enchaine donc les relations sans lendemain, pas d’attaches, pas de souffrance. Que la liberté.  Pourtant, elle n’a pas toujours été ainsi. Jeune adolescente elle adorait lire les livres de Nicolas Sparks, et rêvait de vivre un tel amour. Mais vous le devinez bien… elle est tombée amoureuse, à plusieurs reprises. Le premier était un gentil garçon, mais d’un autre niveau de vie qu’elle et Livia a eu le cœur brisé quand il a fini par l’abandonner. Puis il y a eu quelques hommes, pas très nets… avec à chaque fois la même fin. Un cœur brisé. Alors après la 4ième fois, elle a décidé que son cœur n’en pouvait plus. Que pour le préserver il était mieux de renoncer à l’amour. Et c’est donc c’est qu’elle fit. Et jusqu’à aujourd’hui elle lève son nez dans les airs dès qu’on lui parle d’amour, et prend ses jambes à son cou dès qu’un homme se montre trop affectif avec elle.  
qui je suis
   Ange et démon. Livia peut être l’un tout comme l’autre. Et cela tout en restant fidèle à elle-même. N’ayant pas eu une enfance facile, elle a tendance à mordre dès qu’elle se sent menacer (bien sur verbalement). Elle a appris à se défendre dans un monde de brutes tout en sachant utiliser ses charmes quand il le faut. Pour sa survie elle ne recule devant rien. Marqué par son passé, elle a du mal à faire confiance aux autres et ne se livre pas facilement. Pourtant derrière cette armure, vous pouvez trouver quelqu’un de généreuse, prête à aider ceux qui le méritent. Douce, à l’écoute et compréhensive. C’est quelqu’un avec un bon fond mais qui n’a pas eu la vie facile. Et bien sûr comme toute artiste qui se respecte, elle a tendance parfois à se créer son propre monde et d’oublier de vivre dans le monde réel. Au point même qu’il lui arrive de peindre pendant des journées et nuits entiers sans dormir ni manger. Livia est une esprit libre. Elle ne s’attache ni à une personne ni à un lieu. Elle va là ou ses rêves l’amène. Pour l’instant c’est Budapest… mais qui sait ce que demain lui réserve ? Carpe Diem est surement un des meilleurs slogan pour décrire la vie qu’elle mène. Livia ne se préoccupe jamais des lendemains. Pourquoi se préoccuper de demain alors qu’on peut vivre le jour présent ?
il était une fois
    « Livia !! Ramène tes fesses ici ! » Et cette petite aventureuse de dix ans ne tardait pas à se faire gifler par son paternel. Elle avait osé le défier en choisissant le jeu avec ses amis plutôt que de travailler dans les vignes avec ses frères et sœurs. Et c’est ainsi que l’histoire commence. Livia était la septième et dernière enfant de Marco et Anna Annicelli. C’était également la plus rebelle de la meute et celle qui choisissait le plaisir au-dessus du travail. Tous les enfants des Annicelli étaient éduqués à la dure. Coups de ceinture si on désobéit, pas de repas et toujours beaucoup travailler pour avoir que très peu de temps pour s’amuser. Cela n’a pas empêché Livia de faire le mur plusieurs fois et d’encaisser les coups par la suite. Souvent cela en fallait la chandelle (mais pas toujours).  Quoi qu’il en soit c’est à l’âge de ses 16 ans que Livia arrête l’école et commence à travailler dans les vignes de son père. Mais très vite elle ne supporte pas de travailler sous les ordres d’un tyran et part. C’est alors qu’elle commence à travailler comme femme de ménage dans un hôtel.

« Je t’aime » Et voilà le début d’un premier cœur brisé. Il avait dix-neuf ans et était client à l’hôtel. Livia n’avait que dix-sept à l’époque. Ca fut le coup de foudre. Et bien qu’elle savait qu’elle ne devrait pas… qui peut lutter contre l’amour ? Alors elle est tombée follement amoureuse et ils vivaient pendant un mois l’amour idyllique. Mais tôt ou tard il a dû rentrer chez lui… et ça fut le début d’une chaine de cœurs brisés pour l’âme romantique de la sicilienne. Quoi qu’elle semblait faire, elle choisissait toujours le mauvais type. Celui qui partait, celui qui ne l’aimait pas assez pour arrêter de draguer des autres, celui qui terminait en prison… Non ce n’était jamais le bon et c’était toujours son cœur à elle qui finissait par en payer les conséquences. Et le dernier fut la goutte qui fit déborder le vase… Au début elle avait peur, elle était même pétrifiée à l’idée de vivre sans lui. Mais puis, à force de dormir dans un lit froid et seule, elle s’est enfin réalisé à quel point il avait abusé de sa gentillesse et de son amour. Alors quand quelques années plus tard, il débarque chez elle, fraîchement sorti de prison (car oui, elle a le don de choisir ses hommes), elle est devenue plus forte. Elle n’était plus cette petite chose qui s’accrochait à un amour qui ne venait qu’un d’un côté. Non, elle ne voulait plus jamais tomber amoureuse. Elle ne voulait plus être dépendante d’un homme. Ressentir un sentiment si fort pour tomber par la suite tellement bas. Ça lui avait pris toutes ses forces pour ramasser tous les morceaux de son cœur, qu’elle s’était jurée de ne plus jamais tomber si bas. Non à présent elle n’allait plus s’accrocher, elle n’allait utiliser les hommes que pour satisfaire ses besoins. Et cela s’en arrête là.

« Tu as du talent » Livia regarde sa dernière conquête du soir et rigole. Ce n’était pourtant pas ses tableaux qui payaient ce studio minable. Le drap glisse de ses seins et la jeune sicilienne se lève hors du lit. Son amante était bien gentille, mais ce n’était rien de sérieux. Qu’une partie de jambes en l’air pour faire passer le temps. Et pourtant un mois plus tard, voilà qu’elle se retrouve dans un avion en direction de Budapest. Livia… T’es stupide et ridicule… Pourtant son ex-amante était persuadé d’avoir trouvé la perle rare en Livia. Voulant un peu fuir la Sicile et sa vie actuelle, elle a accepté d’aller à Budapest ensemble. Oh leur relation d’un soir s’était transformé en amitié et à présent en relation professionnelle. Ca ne dérangeait en rien notre sicilienne qui avait trouvé un certain espoir dans le regard de son amie. Peut-être avait-elle raison, peut-être qu’elle pourrait l’aider à se faire connaître…

Budapest n’était pas du tout ce qu’elle avait cru. C’était une ville, certes, mais loin d’être aussi chaotique que les grandes cités telle que Paris ou New York. La vie n’y était pas chère non plus, et elle n’était pas la seule étrangère. Budapest semblait même être une ville multiculturelle sans qu’il y ait des quelconques soucis. Pour sa part, Livia s’est installé dans un petit studio payé par sa mécène. Très tôt elle a trouvé l’inspiration pour peindre et ses tableaux commencent doucement à se faire connaître. Grâce à sa mécène, Livia est également introduit dans la haute société. Mais comme toute artiste… livia est loin d’être parfaite.

« Tu as ce qu’il me faut ? » Le dealer hoche la tête et donne l’Opium dans les mains de notre artiste sicilienne, qui ressort quelques billets et repart chez elle avec l’Opium. Car si il y avait bien quelque chose dont la jeune femme ne pouvait plus s’en passer, c’était sa drogue d’artiste. Ce n’était ni par faiblesse ni par tentation. La jeune femme avait déjà tenté à deux reprises d’aller en centre de désintox. La deuxième fois était la bonne fois… jusqu’à ce qu’elle se rende compte que ce n’était que dans des moments de pure légèreté que son esprit arrivait à se détacher des tracas de ce monde terrestre. Sans l’opium son cerveau n’arrivait tout simplement plus à planer dans la magie de son art. Sans cela elle n’était plus capable de peindre une toile digne de ce nom. Après des longues instants de frustration, après plusieurs tableaux brûlés, Livia décide de replonger. Oh elle ne consomme que pour le travail…. Du moins c’est ainsi que cela recommence…
De l'autre côté de l'écran je m'appelle Ange et j'ai 28 ans. J'ai connu JSY car je suis une des créatrices . J'ai choisi d'incarner Sofia Pernas et c'est un inventé. Le groupe où je me sentirai le mieux est no strings attached.
by kusumitagraph' | lorelei sebasto cha





(c) LLAM

Certains fument, d'autres boivent et d'autres tombent amoureux. Chacun se tue à sa manière.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
if you like it then
you should put a ring on it

posts : 24 arrivée : 29/04/2018


MessageSujet: Re: Miss Annicelli - Un tuffo nei papaveri   Dim 24 Juin - 19:33

Bienvenue!!
Revenir en haut Aller en bas
 
Miss Annicelli - Un tuffo nei papaveri
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Miss'Fraise [Juillet]
» Commande sur Suzy [Miss A]
» Miss Bigoudis "Je me lève" *****
» Miss.MiHo needs something. (close)
» avatar suzy please ;_________;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Just say yes ! :: Getting to know each other :: Les Passeports-
Sauter vers: